3ème lettre de nouvelles du missionnaire Jonathan Wauthier

Lettre de nouvelles rédigé le 24 février 2016

Sans titre 9

Chers frères et sœurs,

J’ai le plaisir de vous écrire et de vous donner quelques nouvelles de ce que nous vivons au Tchad dans la ville de N’djamena, il y a actuellement plusieurs tensions dans la ville, avec les élections présidentielles qui arrivent, puis d’autres évènements qui sont tristement arrivés, il y a beaucoup de problèmes, de souffrances et de détresse dans ce Pays, mais le Seigneur nous réconforte par son amour et nous donne la paix, la joie ainsi que la force de persévérer  à l’œuvre à laquelle il nous a appelés.

Je souhaite dans cette lettre, vous parler plus en détail du projet parmi les enfants de la rue, nous continuons à entretenir régulièrement des contacts avec les enfants, nous avons maintenant trois activités régulières avec eux en plus de l’évangélisation que nous organisons chaque semaine avec le pasteur moïse.

Nous avons une activité le lundi matin ou nous faisons des jeux ludiques avec eux, nous faisons le mercredi matin l’activité d’alphabétisation avec un autre groupe d’enfants dans un autre quartier, puis une activité de football le samedi matin avec ce même groupe, les enfants de la rue se regroupent par quartier, ils se mélangent donc rarement. Dans chaque activité, nous prenons un temps de prière avec ces enfants, puis nous leur partageons une exhortation biblique, ce qui leur permet d’entendre la parole de Dieu.

Je vais aussi les visiter chaque mardi matin et chaque vendredi matin avec le pasteur Moïse qui a un centre pour ces enfants de la rue, nous venons les visiter pour prendre un temps de prière et d’enseignement biblique avec eux, c’est ce que nous appelons nos sorties d’évangélisation.

Avant tout, nous travaillons avec nos frères et sœurs tchadiens qui appartiennent à différentes églises locales, ce qui est une grâce, car un des objectifs de la mission est que le travail auprès des enfants de la rue, devienne un projet de l’église évangélique au Tchad, nous souhaitons que l’Eglise puisse avoir la vision et le cœur pour soutenir les enfants qui vivent dans la détresse, et qu’elle puisse les considérer et les aimer comme ils sont, puisque ces enfants ont du prix et de la valeur aux yeux de Dieu. Nous travaillons aussi dans des locaux que les églises nous prêtent, ce qui est déjà le fruit de la sensibilisation, cela permet aux chrétiens de ces églises de se rendre sur place pour y voir le travail que nous faisons.

Sans titre 10

En ce qui concerne les enfants ;

Le travail avec les enfants est difficile car la plupart ont vécu des traumatismes qu’ils ont refoulés au fond d’eux-mêmes, ils doivent aussi être très violents pour survivre et se faire respecter dans la rue, l’addiction à la colle qu’ils prennent pour oublier leurs souffrances les détruit aussi très vite, la première des étapes est donc de les accepter comme ils sont, développer des relations d’amitié puis de proximité avec ces enfants, afin qu’une confiance puisse s’installer entre nous et eux.

J’ai eu la possibilité d’avoir développé des relations plus approfondies avec certains enfants qui ont pu me raconter leurs parcours de vie et leurs histoires, même si ce n’est pas toujours la vérité, cela m’a permis de les connaitre moins superficiellement.

Il y a un enfant du nom de M…  qui est venu chez moi un dimanche matin très tôt pour aller m’accompagner à l’église, car je lui avais dit au préalable que j’allais passer cette journée au centre du Pasteur moïse pour le culte avec les autres enfants qui sont au centre, j’avais avec cet enfant une bonne relation car je le voyais souvent dans la rue, nous somme parti ensemble au centre du Pasteur moïse et avons célébré le culte là-bas, les enfants du centre ainsi que le pasteur ont pu discuter avec lui à la fin de la journée, il a décidé de rester au centre et de ne plus retourner dans la rue, il nous a dit que sa famille l’avait confié à une école coranique dans une autre ville du Pays, son marabout le frappait et l’exploitait chaque jour, ce qui l’a poussé à s’échapper de cette école pour se retrouver dans la rue, la plupart des enfants avec qui nous travaillons ont tous une histoire différente mais avec une chose en commun, ils n’ont pas reçu d’affection, ce qui est tristement le cas de beaucoup d’enfants au Tchad.

Je me rappelle aussi d’un enfant handicapé mental que j’ai rencontré sur le chemin qui me menait à l’activité d’alphabétisation du mercredi matin, j’étais avec un frère ce jour- là, nous avons pu voir le désespoir et la tristesse qui se lisait sur le visage de cet enfant, d’autant plus que les passants se moquaient de lui, puis le rejeter, nous l’avons emmené avec nous à l’activité, et pris un temps de prière avec lui à la fin de l’activité, la monitrice qui donne le cours d’alphabétisation lui a parlé affectueusement et lui a manifesté par ses gestes de la compassion, ce qui a illuminé son visage, il était heureux de se sentir aimé puis accepté, ce sont ces personnes que Jésus est venu chercher puisqu’il est venu pour les malades et non pour les biens portants, Jésus est venu pour les rejeter des rejetés, ceux que notre monde méprise. Nous n’avons pas revu cet enfant mais cette rencontre m’a beaucoup marqué, et nous continuons de prier pour lui.

Nous pouvons dire que la parole de Dieu porte du fruit, et que ce ne sont pas nos actions, mais seulement l’esprit de Dieu qui peut changer le cœur de ces enfants qui vivent dans la rue, nous avons eu dernièrement suite à l’évangélisation avec Moïse quatre enfants qui ont décidé de quitter la rue pour venir au centre, un de ces enfants est malheureusement retourné dans la rue.

Je rends grâce à Dieu pour un des jeunes du centre du nom de A… qui a sincèrement décidé de suivre Jésus-Christ, le Seigneur fait une différence profonde dans sa vie, je l’ai vu demander pardon aux autres enfants du centre puis ne pas répondre à la provocation d’un enfant de la rue, quand nous étions en évangélisation, ce qu’il n’aurait jamais fait avant, puisqu’ il se battait régulièrement avec les autres et ne connaissait pas la signification du pardon. Il y a actuellement trois enfants qui ont quitté la rue, qui viennent désormais évangéliser avec nous pendant la semaine, cela est un témoignage de la transformation que Dieu fait dans la vie des Hommes, aussi bien pour les enfants que pour la population, car beaucoup de gens pensent que ces enfants sont irrécupérables, leurs vies sont un témoignage.

Nous continuons toujours les autres sorties d’évangélisation ainsi que les visites auprès de la population locale, celles-ci sont aussi importantes car nous voyons que la misère matérielle et morale sont présents dans beaucoup de familles, y compris dans les familles qui vont à l’église, ils ont besoin de connaître l’amour de Dieu, pas seulement en parole mais aussi en action, c’est notre responsabilité de les aimer, puis de les servir comme Christ nous le demande, l’amour et l’amitié que nous pouvons apporter à la population est le meilleur des témoignages de ce que Jésus a fait pour nous.

Sans titre 11

Les sujets de prières :

Prions pour la paix et la stabilité dans le Pays, malgré tous ce qui ce passe avec les différentes manifestations.

Prions pour les prochaines élections présidentielles en avril, que le Seigneur dirige toute chose selon sa volonté et annule la corruption ainsi que la tricherie pendant ces élections, qu’il mette dans le cœur des dirigeants la crainte de son nom.

Prions pour tous les enfants en détresse dans le Pays du Tchad, les enfants mendiants de l’école coranique, les enfants soldats, les enfants prostitués,  les enfants esclaves, et les enfants de la rue, que chacun de ces enfants puissent sortir des ténèbres, et connaître l’amour du seul vrai Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, que le Seigneur touche les cœurs des chrétiens dans ce Pays, afin qu’ils fassent de ces enfants une priorité dans leurs actions.

Prions pour M…., E…. et J…. qui ont quitté la rue, que Dieu guérisse les souffrances de ces enfants, et les accompagne dans leurs avenirs, qu’il les préserve de toutes les tentations du diable qui voudrait détruire leur vie, prions que la rue quitte définitivement le cœur de ces enfants, et qu’ils trouvent la liberté et le bonheur en Jésus-Christ seul.

Prions pour S… un enfant du centre qui est malade, il urine du sang, que Dieu le guérisse de ses douleurs et lui accorde la santé physique puis spirituelle.

Prions pour cet enfant handicapé que nous avons rencontré et emmené à l’activité d’alphabétisation, qu’il trouve une famille aimante qui prendra soin de lui, et lui révèlera ce que Jésus a fait pour lui, prions pour qu’il y ait plus au Tchad de tolérance face à la différence, surtout dans le domaine de la maladie.

Prions pour les filles de la rue, certaines de ces filles ont des malaises très inquiétant, pendant une de nos activités, il y a eu une fille qui est tombé par terre, puis qui avait les yeux qui se retournaient tout en tremblant, nous avons prié pour elle avec Raphaël immédiatement, elle a ensuite retrouvé son état normal, ce sont des crises qui arrivent souvent chez les filles de la rue, elles sont exposées à des choses très difficiles au quotidien.

Prions pour toutes les familles en difficultés, celles qui sont ravagées par la violence et la haine, celles qui ne peuvent pas se nourrir ou envoyer leurs enfants à l’école, que Dieu les assistent dans leurs besoins, et leur donne la paix véritable, que le Seigneur nous donne le cœur et la sagesse pour les aider efficacement dans leurs besoins.

Prions pour les églises et tous les bénévoles engagé avec nous dans le projet, que Dieu nous permette d’être unis d’un même cœur, d’une même âme et d’un même esprit pour l’avancement de son royaume.

Remerciements :

J’arrive à la fin de ma lettre, je suis heureux de pouvoir vous écrire et de vous partager un peu de ce que je vis au Tchad, je tiens à vous remercier pour vos dons, vos prières et vos encouragements, vous me permettez de m’accrocher à Dieu et de persévérer dans ma mission, je vous remercie beaucoup car c’est important de se savoir soutenu par les frères et sœurs. Je remercie notre créateur sans lequel je ne serais pas en vie, et sans lequel nous n’aurions rien pu faire, car toutes bonnes choses viennent de lui. À lui seul soit la gloire.

Que le Seigneur vous bénisse et vous comble de ces bienfaits.

Votre frère Jonathan

Sans titre 12

Jonathan